The Obesity Syndrome…

Maintenant que les hommes et les femmes sont enfin plus fit, mangent plus sainement, font du jogging et du yoga, nous assistons dans le secteur automobile à une vraie course à la taille. Le secteur est, à de rares exceptions près, englué dans ce que l’on pourrait appeler un «obesity syndrome».

Classic Mini Cooper

Le monde change…

Ce ne sont pas nos politiciens qui sont à blâmer. Ils crient à qui veut bien les entendre qu’il faut rouler moins vite, respecter les limitations de vitesses. Alors ils radicalisent et quadrillent les routes en y plaçant des radars fixes et des agents qui se cachent à chaque endroit très dangereux pour nous verbaliser si nous dépassons d’un ou deux malheureux petits kilomètres heure la vitesse limite à 19h00 du soir quand il n’y a plus grand monde dans les rues. Oui, il y a de plus en plus de trafic sur nos routes, nous ne pouvons donc plus vraiment rouler comme nous en avions l’habitude en tirant à fond la deuxième et la troisième vitesse jusqu’à arriver au rupteur et avoir alors la banane dans la gueule. Alors nous essayons de rouler à la queue leu leu sur autoroutes en enclenchant le régulateur de vitesse à 128 km/h (à Luxembourg et en France) et à un minable 119 en Belgique, pour au moins ne pas se faire flasher, c’est cela la conduite moderne et nous n’avons pas encore vu débarquer les vraies voitures autonomes.

Avec ces mesures appelées de sécurité routière, nous aurions pensé que c’en serait fini des voitures puissantes et de ces SUV agressifs et lourds des berlines de 5 mètre de long. Pour rouler à 120, pas besoin de beaucoup de chevaux. Une centaine suffirait amplement. C’est tout le contraire qui s’est produit. Les voitures ont pris de l’embonpoint ont gagné en taille, en hauteur, un peu comme si on se mettait à marcher à du 2 km/h, on choperait plus de bide. C’est à ce moment que l’on se dit, qu’il y a autre chose. Une bagnole c’est assurément bien plus qu’une simple machine à rouler, c’est comme le sac LV, un vrai un stratus symbole, un objet de désir et dire que l’on abat le 0-100 km/h en moins de 5 secondes pose son homme et fait envie…même si ce n’est pas politiquement correct de le faire en live, du moins sur papier c’est écrit….

Les constructeurs ont tout compris…

Les constructeurs automobiles l’ont bien compris (et ont surtout examiné sur quels véhicules et motorisations ils dégageant des marges confortables), en cette période de grippe, ils se sont dépêchés de vacciner les automobilistes en leur disant qu’au Luxembourg avec moins 200 chevaux pour un diesel il ne fallait même pas envisager d’acheter un véhicule et pour qu’un moteur essence respire bien dans un SUV il fallait au bas mot toucher la barre des 300. C’est un gage de sécurité en cas de dépassement (mais qui peut encore dépasser avec ce trafic !). Alors pour accompagner le mouvement, ils créent de gros SUVs avec 300 chevaux en essence et plus de 100 additionnels avec le moteur électrique d’appoint pour cette fois-ci nous dire que l’on est écologique car ce SUV hybride ne pollue presque plus puisque son CO2 en cycle normalisé est à un petit 79 g…

Des beaux bébés de plus de 2 tonnes…

Et nous croyons ceci, nos gouvernements sont tombés eux aussi dans le piège, ils ont même décidé d’un taux agressifs pour ce type de voitures si elles sont « prises » en leasing. Par contre, personne ne nous dit qu’un obèse de plus de 2000 kilos, cela pollue énormément (oui un éléphant trompe énormément) car il faut produire ces 2000 kilos de moteur, tôle, aluminium et plastique et aussi le recycler (pour ce qui est recyclable) en fin de vie. Nous avons même vu que certaines voitures électriques armées d’un bataillon de batteries dépassent les 2400 kilos et certains SUV hyper-luxe approchent les 2’500 kilos si ils sont choisis avec peu d’options. Nous sommes gagnés par l’obesity syndrome, de ce côté-ci de l’Atlantique un peu moins quand même, les Escalade et Cie n’ont pas encore débarqué, pas tant que la clientèle n’est pas prête à prendre ces beaux bébés nourris aux hormones, mais plutôt parce que les places de parking ne s’en accommodent pas encore.

 

Au lieu de greffer des moteurs électriques pour faire baisser le CO2 de ces SUV et autres pick-ups, un peu comme certaines personnes se botoxent pour cacher leur âge réel, quand irons-nous vers des voitures plus réalistes en terme de taille et enverrons-nous les acheteurs et les constructeurs prendre un cours de fitness afin de perdre les centaines de kilos accumulés ces dernières années… ? Et en ce début d’année prenez de bonnes résolutions, perdez du ventre et devenez attirants à nouveau messieurs les constructeurs automobiles selon le slogan de Lotus..light is right !

 

Loud Pipes

2018-05-10T13:19:54+00:00