Small- et big-blocks….

Aux US, tout le monde a entendu parler du small- et du big-block. Pour les européens de toute façon les deux moteurs sont des V8 alors pourquoi en faire tout un plat! Et bien tout simplement parce que selon qu’une voiture soit équipée d’un small- ou plutôt d’un big-block, il y a un monde, un peu comme entre le mac et le big mac si l’on peut se permettre la comparaison. C’est aussi une question de $, comme de calories et de performances…

Nous vous proposons de remonter un peu le cours de l’histoire et vous verrez, small et big peuvent vraiment faire toute la différence…aux USA. Ce pays reste, malgré la percée des moteurs turbocompressés, le roi du grand et du puissant. Le dicton dit même “there is no replacement for displacement” ou en français…rien ne remplace (dans un moteur) la cylindrée. Oui de l’autre côté de l’Atlantique, l’on parle de cylindrée en “cubic inches” en abrégé Ci (cf. en fin d’article la formule de conversion).

Le Chevy block…

Chevrolet a introduit en 1955, un V8 de 265 Ci pour son modèle mythique: la Chevrolet Bel-Air, c’est ce moteur qui sera appelé le small-block. Il délivrait selon les normes de mesures de puissance US entre 162 et 195 ponies. Il a été développé ou plutôt maintenu en vie jusqu’en 2003, les connaisseurs parlent même de «small-block generation», la dernière étant la cinquième. Ce small-block a vu sa cylindrée varier jusqu’à attendre du 400 Ci. En Europe, pour une question de comparaison, nous pourrions parler du moteur Renault Cléon, un bloc à l’exceptionnelle longévité, mais celui-là cubait entre 956 et 1565 cm3, soit en Ci un ridicule 58 Ci pour la première version et 95 Ci en version big-block..

Le big-block Chevrolet quant à lui avait des valeurs de “displacement” comprises entre 348 et 454 Ci. Mais alors ce n’est pas uniquement la cylindrée qui distingue les small- des big-blocks? Effectivement, la différence principale est à rechercher dans ce que les américains nomment le “bore spacing” ou la distance entre le centre de l’alésage d’un cylindre et le suivant. Cette distance est de 4.4 inches sur le small-block.

Le big-block…

Le big-block a été introduit lui en 1958, principalement pour donner plus de cylindrée et aussi plus de couple à des voitures qui devenaient de plus en plus grandes, de plus en plus lourdes et aussi pour motoriser convenablement les pick-ups. A son lancement, il cubait 348 Ci et sortait 250 chevaux dans sa version à un carburateur à quadruple corps. Dans sa version Super, il était monté avec 3 carburateurs doubles corps ce qui lui donnait 280 chevaux sur les roues arrières. Ici, l’espacement au niveau de l’alésage des cylindres était de 4.84 inches. Ce big-block a connu principalement des versions en 396, 427 et 454 Ci, la plus mythique ayant été la version en 427.

Au fil des années, GM a développé ce moteur avec les chambres de combustions déplacées au niveau de la tête des cylindres, de nouveaux systèmes d’échappements et de nombreuses versions de compétition ont fait la joie des spectateurs et conducteurs de NASCAR. Relevons que Pontiac, une marque reprise par GM, ne disposait que d’un seul bloc V8, lui aussi sorti en 1955. Ce bloc qui a équipé les mythiques GTO était probablement supérieur en terme de puissance aux blocs équivalents de Chevrolet, mais il a été sacrifié car il revenait plus cher à la production. Un peu comme le Buick en alu qui était un small-block de nouvelle génération et qui a été revendu à Rover qui cherchait un remplaçant pour son vieux 6 en lignes.

Les V8 de Ford…

Ford, le grand concurrent et souvent l’ennemi de GM avait bien évidemment aussi ses V8, avec la lignée Windsor (le small-block de Ford) de 221 Ci qui a grandi jusqu’à du 351 au cours de ses 39 ans d’existence. Ford a même eu un mid-block avec ses FE (de 332 à 428 Ci) et en big, il s’agissait du 385 Serie. Ce big-block Ford a existé également en version 370, 429 et 460 Ci.

AC Cobra Engine

Le 351 cui Ford Windsor V8 monté dans Ashley

Chrysler et ses mythiques HEMI…

Le troisième grand constructeur US, Chrysler, a bien évidemment aussi développé des V8. Le petit moteur est sorti en 1962 avec du 273 Ci pour arriver à du 360 en 1971. Ce small-block est connu sous la dénomination LA, L pour light! Le big-block Chrysler est le RB-serie présenté en 1959 avec une cylindrée de 383, ce moteur a aussi existé dans des versions plus puissantes et plus volumineuses avec par exemple le 440. Au niveau des versions les plus puissantes de Chrysler, elles portaient (et portent encore aujourd’hui) l’appellation HEMI, une abréviation devenue mythique chez les amateurs de gros cubes. Les moteurs HEMI disposent de chambres de combustion hémisphériques.

Des V8 chez chaque constructeur US…

Bien évidemment d’autres constructeurs US ont développé leur propre V8, comme par exemple AMC avec son 327 Ci et bien d’autres V8 de la marque en allant de 290 à 401 Ci….Nous pourrions aussi citer Studebacker, la marque qui est bien connue pour avoir remporté à de nombreuses reprises la célèbre Carrera Panamerica.

Remarques: Nous avons certes oublié de très nombreuses versions de V8 US tant en puissance qu’en cylindrée, le monde US qui se décline en small- et big-blocks semble simple, mais les versions sont presque inépuisables et déborderaient du simple cadre de cet article…un peu comme répertorier tous les Mac Donald’s existants…

Pour terminer, voici la règle de conversion: 1 Ci est équivalent à 16,387 cm3. Donc le Chevy small-block était en fait un 4’342 cm3 à sa sortie et le gros Chrysler de 460 cubait lui un bon 7’538 cm3, quand on vous disait que “size matters”… Cadillac ayant même eu une version 500…donc un 8.2 litres!

 

Loud Pipes